Prédication de Laure Dieudonné du 10 février 2019

(en pdf) Predic_ 10-fevrier_2019

1) Textes bibliques

AT   Isaïe 6, 5-8  

5Alors j’ai dit : « Malheur à moi ! Je suis perdu ! Je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, le SEIGNEUR de l’univers ! » 6Mais l’un des anges brillants a volé vers moi. Il tenait dans sa main un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. 7Il m’a touché la bouche avec ce charbon brûlant et m’a dit : « Maintenant que ce charbon a touché tes lèvres, ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. »

8Alors j’ai entendu le Seigneur demander : « Qui vais-je envoyer ? Qui sera notre porte-parole ? » J’ai répondu : « Me voici, envoie-moi. »

 

NT   Luc 5, 1-11

1Un jour, Jésus est au bord du lac de Génésareth. Une foule nombreuse est tout près de lui, pour écouter la parole de Dieu2Jésus voit deux barques au bord du lac. Les pêcheurs en sont descendus, et ils lavent leurs filets

3Jésus monte dans l’une des barques, celle de Simon. Il demande à celui-ci : « Éloigne-toi un peu du bord. » Jésus s’assoit dans la barque et il se met à enseigner les foules.

4Quand il a fini de parler, il dit à Simon : « Avance là-bas où l’eau est profonde, et jetez vos filets pour attraper du poisson. » 5Simon lui répond : « Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre. Mais tu nous dis de jeter les filets, sur ta parole, je vais le faire. » 6Ils jettent les filets et ils prennent un très grand nombre de poissons. Leurs filets commencent à se déchirer.

7Pour demander de l’aide, ils font signe à ceux qui les accompagnent dans l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci arrivent. Ils remplissent les deux barques de poissons, et les barques pleines s’enfoncent dans l’eau ! 

8En voyant cela, Simon-Pierre tombe à genoux devant Jésus et il dit : « Seigneur, éloigne-toi de moi ! Oui, je suis un homme pécheur ! » 9En effet, Simon et tous ceux qui sont avec lui sont effrayés, parce qu’ils ont pris beaucoup de poissons. 10Jacques et Jean, les fils de Zébédée, qui accompagnent Simon, sont effrayés aussi. Mais Jésus dit à Simon : « N’aie pas peur ! À partir de maintenant, ce sont des gens que tu prendras. Tu seras pêcheur d’hommes. »

11Alors ils ramènent les barques à terre, ils laissent tout et suivent Jésus.

 

2) Prédication de Laure Dieudonné

Nous sommes au bord de la mer de Galilée, aussi appelé lac de Tibériade, lac de Génésareth ou Kinneret, lac en forme de lyre où se jette le Jourdain. Ce qui est intéressant pour notre méditation de ce jour, ce ne sont pas ses 160 km² ou ses tempêtes violentes mais le fait qu’il se trouve à 200 m en dessous du niveau de la mer et que c’est à cette altitude si basse que Jésus appelle ses premiers disciples.

 

La parole première

Simon et ses compagnons sont rentrés bredouille d’une nuit de pêche et nettoient leur filet. Ils n’ont pas attrapé de poissons mais leurs oreilles vont capter une parole, la parole de Dieu, cette parole primordiale faite chair en Jésus-Christ. Cette parole puissante qui donne sens à l’existence au-dessus des eaux, cette parole première qui est Dieu.

 

La parole parmi nous

Voilà que la parole faite chair monte dans la barque de Simon qui a travaillé toute la nuit. Simon est un professionnel de la pêche mais il a ramé pour rien cette nuit-là. Il est consciencieux et lave ses filets en vue de la pêche de la nuit prochaine. On aurait pu imaginer qu’il rudoie Jésus, fils de charpentier. Or, le voici qui pousse la barque déjà amarrée un peu plus loin du rivage comme le demande Jésus. Simon le laisse s’installer pour prêcher à la foule depuis la barque la transformant en quelque sorte en une première cathédrale.

 

La parole comme nouveau passager à bord

Le nouveau passager prend ses quartiers. Jésus s’adresse uniquement à Simon et non à la foule. Il a une parole qui le concerne directement. Il l’invite à une pêche en haute mer alors que tout bon marin sait que la pêche est plus propice à l’heure où les moustiques et autres insectes sont plus actifs pour attirer les poissons à la surface. Il y a bien une tentative de Simon pour exprimer sa frustration à Jésus : C’est la galère?! Nous avons déjà jeté notre filet tant de fois cette nuit. Il est resté vide! Mais là encore, le voici qui jette son filet sur la parole de Jésus. Simon ne peut résister à la puissance de la parole. Il a Jésus à bord et cela vaut tous les radars et les localisations par satellite que l’on peut imaginer.

Se conformer à la parole

La réponse de Simon suit celle de l’expertise du maître de la vie car il agit selon la parole de Jésus. Le résultat est au-delà de toutes les espérances. Avant de jeter son filet, le problème de Simon était le manque de poissons. Après l’avoir jeté dans l’eau profonde, le problème est que les filets sont prêts à se déchirer et les barques sont prêtes à se renverser tant la prise est abondante. Les filets et les barques brillent avec les reflets des écailles de poissons dans ce jour nouveau où un petit groupe est resté vivre le miracle de la foi. La réponse à la parole puissante de Dieu est l’acte de foi de Simon et de ses compagnons.

 

La parole de pardon

Devant tant de merveilles, la peur s’empare des pêcheurs au point où Simon demande à Jésus de partir. Cela tombe bien, car la bonne nouvelle est que Jésus est justement venu régler le problème du péché une bonne fois pour toute. Sa parole libère de toute culpabilité et de la peur. Elle est descendue au bord du lac de Tibériade. Elle descend encore nous sonder au plus profond de notre être pour que nous puissions faire l’expérience personnelle de sa grâce plutôt que de vivre uniquement selon notre propre force physique. Sa puissance est à notre disposition gratuitement si nous voulons bien nous éloigner un peu des certitudes que nos yeux nous montrent et plonger nos mains plus profondément dans son amour pour embrasser une vie de foi.

 

Bonne Nouvelle

La Bonne Nouvelle universelle et personnelle est que le protestantisme n’est pas une religion de corporation. Jésus est le salut du monde. Combien de fois avons-nous été découragés de ne pas voir de dénouement à nos entreprises ? Même lorsque nous sommes préoccupés, que nous n’avons pas fini de nettoyer les salissures du quotidien, Jésus vient à nous pour que nous puissions mettre notre vie dans sa juste perspective. Lorsque nous sommes au prise avec les noeuds des filets de nos peurs, Jésus nous restaure dans notre dignité d’enfant de Dieu. Nous pouvons mener une vie spirituelle abondante appuyée sur la promesse que la vie avec Dieu n’est pas un problème à résoudre mais un mystère à découvrir. Aussi bas que nous nous trouvons, Jésus nous rejoint. Au plus profond de notre être, il nous écoute. Aussi troubles que nous semblent les eaux de notre frustration, il est à notre bord.

 

Conclusion

Comme Simon nous pouvons voir que ce dont nous avons véritablement besoin est de reconnaître la présence de Dieu à nos côtés. Il n’est donc pas surprenant que les pêcheurs lâchent tout pour être ensemble avec Jésus et partir à la rencontre de leur prochain. Ils auraient pu garder leur culpabilité et passer leur temps à compter les poissons pour se rappeler de toutes les fois où ils ont embarqué sans Jésus mais ils ont reçu la parole de pardon. Il a suffi à Simon de pousser un peu sa barque hors de la routine pour qu’il se retrouve embarqué dans une histoire de plus de trois ans, témoin de miracles qui le conduiront jusqu’à Rome. Il a changé de nom Simon-Pierre et changé de métier pour être pêcheur d’hommes. Au sens propre comme ces hommes et ces femmes sur ces navires en Méditerranée qui posent des actes de foi contre la fatalité et sauvent des hommes et des femmes au milieu des frustrations politiques.

 

Chers frères et sœurs, choisir de répondre à l’appel de Jésus et de le suivre nous permet de devenir nous-mêmes un filet pour la pêche spirituelle par le témoignage de nos vies. Nous aussi pouvons à notre niveau retirer des hommes et des femmes des flots du désespoir et de la nuit obscure. Pour cela, accueillons la parole de Dieu à bord et quittons le port de nos habitudes pour nous lancer sur l’océan infini de l’amour de Dieu et donner de la profondeur à nos relations.

 

Amen