Prédication de Noël 2018

(en version pdf) Predication_Noel-2018

1) Textes bibliques

Évangile : Jean 1, 1-18

1 Au commencement était la Parole,

et la Parole était auprès de Dieu, et la Parole était Dieu.

2 Celle-ci était au commencement auprès de de Dieu ; 3 tout est advenu par elle, et sans elle, rien n’est venu à l’existence. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des humains.

5 Et la lumière brille dans l’obscurité, et l’obscurité ne l’a pas prise.

 

6 Un homme est né, envoyé par Dieu, et son nom était Jean. 7 Celui-ci est venu comme témoin,

pour rendre témoignage à propos de la lumière, afin que tous croient par lui. 8 Ce n’était pas lui, la lumière ;

il venait pour rendre témoignage au sujet de la lumière.

 

9 C’est la Parole qui est la vraie lumière,

celle qui éclaire tout homme venant vers le monde ;

elle est venue vers le monde.

10 Elle était dans le monde, et le monde est venu à l’existence par elle, et le monde ne l’a pas reconnue.

11 Elle est venue dans son bien propre, et les siens ne l’ont pas reçue.

 

12 Or à tous ceux qui l’ont reçue, elle leur a donné la faculté de devenir enfants de Dieu, à eux, qui ont confiance en sa présence. 13 Eux qui ont été engendrés non pas par les sangs, ni par la volonté de chair, ni par la volonté d’un homme, mais de Dieu.

 

14 Et la Parole est devenue chair et a dressé sa tente en nous, et nous avons contemplé sa gloire : gloire comme d’un fils unique auprès du père, pleine de grâce et de vérité.

 

15 Jean lui rend témoignage et crie en proclamant : « voici celui dont j’avais dit Celui qui vient après moi est passé devant moi, parce qu’avant moi, il était ».

16 Nous, de sa plénitude, en effet, tous nous avons tous reçu, et grâce sur grâce.

17 Car la loi a été donnée par Moïse,

la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.

 

18 Dieu, personne ne l’a jamais vu :

c’est Dieu Fils unique qui nous l’a fait connaître[1],

Celui qui est dans le sein du Père.

 

 

2) Prédication d’Elisabeth Schenker

 

« Dieu, personne ne l’a jamais vu,

c’est Dieu Fils unique qui nous l’a fait connaître »

 

Avant la naissance de Jésus fils de Marie, fils de Joseph, fils de Dieu, les hommes avaient sur Dieu des idées, des images.

Mais Dieu n’avait pas de visage. Il était même dit de Dieu qu’il était celui que l’on ne peut pas regarder face à face sans en mourir.

Cela ne veut pas dire que Dieu ne se manifestait pas au cœur des hommes, beaucoup l’avaient déjà rencontré, mais à quelques exceptions près, ils avaient du mal à s’en faire une idée autre que celle d’un Dieu guerrier, vengeur, un Dieu juge.

Un Dieu aimant, certes, mais jaloux.

Un Dieu à l’image des hommes en somme, qui ne saurait aimer que dans le donnant donnant.

 

Puis…

6 Un homme est né, il y a un plus de deux mille ans, envoyé par Dieu, et son nom était Jean. 7 Celui-ci est venu comme témoin pour rendre témoignage à propos de la lumière, afin que tous croient par lui. 8 Ce n’était pas la lumière ;

il venait pour rendre témoignage au sujet de la lumière.

Et ce dont témoignait Jean, avec force, c’est de son espérance, et de ses croyances. Jean croyait déjà en un Dieu juste et miséricordieux, certes, mais un Dieu qui distribuerait punitions et récompenses en fonction de nos actions mauvaises ou bonnes.

C’est là que surgit dans l’histoire commune de notre humanité un évènement inhabituel, totalement neuf, impossible à imaginer :

voilà que Dieu vient au monde, dans notre monde :

Et c’est un enfant qui naît.

Et voilà que Dieu a maintenant un visage, un nom, un corps, une voix humaine. Dieu est une personne. Et une personne, cela ne se définit pas, ça se rencontre :

Jésus, c’est son nom, et c’est nous qu’il est venu rencontrer, face à face.

 

Un Dieu de tendresse est bien né, dans notre histoire.

Mais combien de temps encore pour effacer l’image d’un Dieu terrible ?

Combien de témoignages encore pour donner à connaître un Dieu qui ne veut pour chacune, chacun, que le bonheur, et la Vie.

Pour cela 6 Un homme est né, une femme est née, envoyé(e) par Dieu,

et leurs noms étaient…

Marie Madeleine, Jacques, Pierre, Thomas, Nathanael, et 7 ceux-ci, celles-ci sont aussi venus (es) comme témoin,

pour rendre témoignage à propos de la lumière, afin que tous croient par eux.

Eux, ce sont des hommes et des femmes qui ont rencontré Jésus face à face, les premiers témoins. Celles et ceux qui ont vécu avec lui, qui l’ont suivi, qui ont mangé et bu avec lui, qui ont ri, qui ont pleuré avec lui. Qui ont perdu tut espoir le jour de sa mort.

Qui ont été les premiers témoins de la lumière irrépressible de Pâques.

Ce sont eux qui ont raconté. Ils en ont vécu surtout.

 

Et puis d’autres sont nés, envoyés par Dieu pour mettre par écrit ce que d’autres avaient vu ou entendu, et leur nom était peut-être Marc, Jean, Matthieu, Luc…Ils ont écrit la trace de cette naissance, de l’historie de la vie de cet enfant, de cet homme, de son enseignement, de ses actes, de sa mort, de sa résurrection.

C’est leur témoignage que nous avons là, dans la Bible.

 

D’autres encore ont témoigné, de ce que cette rencontre avait changé dans leur vie, dans leur manière de voir les choses, dans leur manière d’aborder les grandes questions de l’existence.

Leur nom était Paul, Timothée Junia, Lydie ou Cloé.

Tous n’ont pas écrit.

Mais tous ont témoigné à leur manière, et s’il ne ressort qu’un seul trait commun de leur témoignage, c’est peut être bien celui-là : la confiance.

Une confiance plus forte que tout.

 

Il y a peu,

6 Un homme est né, une femme est née, envoyés par Dieu, 7 Ceux-ci sont venus aujourd’hui comme témoins, pour rendre témoignage à propos de la lumière, afin que tous croient par eux.

et leurs nom sont André, Liliane, Chantal, Daniel, Jean, Etty, Jacqueline, Michel … Sylvain, Claudien, Tristan, Zoé, Eliette…

 

Eliette, elle aurait eu 95 ans la semaine prochaine

Elle nous a quittés la semaine dernière, pour rejoindre la grande Vie en Dieu.

Pendant la préparation de la cérémonie de l’à Dieu – qui a eu lieu ici même, avec les lumières du sapin allumées, sous la crèche – j’ai posé à la famille une question que je pose souvent : « Eliette vous parlait-elle parfois de sa vie spirituelle, de ce en quoi elle croyait ? »

Sa belle-fille s’est écriée – et quoi de plus beau que la déclaration d’une belle-fille ?- : « Oh sa foi, elle la vivait ! Ce en quoi elle croyait était visible dans son comportement, dans ses actes. Elle vivait sa foi, et se donnait à fond. »

 

Eliette voyez-vous, n’était pas une personne plus extraordinaire que vous et moi. Elle n’était pas facile à vivre tous les jours paraît-il.

Elle était parfois fatigante, disait son fils. Il faut dire qu’elle a été malade, bien souvent… Elle avait ses défauts, elle avait ses qualités. Elle était qui elle était.

Et surtout, elle était témoin, avec sa qualité d’être particulière, témoin de cette rencontre qu’elle avait faite avec Jésus, dans l’intimité de son être, dans un face à face dont il est très difficile de rendre compte,

Eliette, tout au long de sa vie, a été un témoin de lumière, par la grâce de la lumière qu’elle avait laissé naître en elle, le soir de son Noël.

Elle a été, avec sa manière d’être particulière, témoin de cette lumière irrépressible, par la grâce de la présence de cet enfant-Dieu que nous fêtons aujourd’hui, à Noël, qu’elle avait laissé naître dans sa vie,

et qu’elle avait laissé grandir, au gré des bons et des mauvais jours,

au gré des joies et des peines, de la bonne santé et de la maladie,

au gré de ses déceptions et de ses rêves.

Au gré de ses rencontres,

 

« J’aimerais être comme elle ! » disait sa petite fille…

Témoin de l’invisible, Témoin de l’impossible,

Témoin de l’espéranceTémoin de la confiance

 

6 des femmes et des hommes sont nés, envoyés par Dieu,

7 Ceux-ci sont venus aujourd’hui et viendront demain comme témoins,

pour rendre témoignage à propos de la lumière,

afin que tous croient, par eux, par vous, que la Parole est devenue chair,

et qu’elle a dressé sa tente en vous, et qu’un jour, par sa grâce, la terre entière pourra enfin vivre en paix

 

En ce jour de Noël, Ainsi soit il !

 

 

[1] Littéralement : Qui nous l’a expliqué